| | Portrait

Le sitar du disciple de Ravi Shankar résonne à Genève

Ikhlaq Hussain à ses débuts new-yorkais | Ikhlaq Hussain (DR)

Officiellement installé à Genève depuis mai 2020 après près d’un an de va-et-vient entre New York et la Suisse, Ikhlaq Hussain peine à se faire connaitre localement en pleine pandémie. Pour étendre son public malgré les circonstances, ce Pakistanais considéré comme un des meilleurs sitaristes au monde livre des concerts privés à des invités privilégiés, essentiellement issus du milieu expat. Heidi.news a eu le privilège d’y assister.

De la joie ou de la tristesse, de l’angoisse ou de la sérénité: le concert privé du sitariste Ikhlaq Hussain fait passer notre comité réduit par des montagnes russes émotionnelles. Sur les visages de la poignée de privilégiés présents dans cet appartement du Grand-Saconnex, les expressions s’animent de larmes ou de sourires, mais jamais d’indifférence. Il est là le pouvoir du disciple du maître absolu Ravi Shankar, le plus illustre joueur de musique classique indienne du monde.

Cet article est réservé aux abonnés.